samedi 9 avril 2016

Exhortation apostolique Amoris Laetitia sur l’amour dans la famille

Rendue publique ce vendredi 8 avril, «Amoris Laetitia» (AL – «La joie dans l’amour»), l’Exhortation apostolique post-synodale «sur l’amour dans la famille» ne porte pas par hasard la date du 19 mars, jour de la Solennité de Saint Joseph. Elle rassemble les résultats des deux Synodes sur la famille convoqués par le Pape François en 2014 et 2015. Les Relations conclusives des deux Synodes y sont largement citées, ainsi que d’autres documents et enseignements des prédécesseurs du Pape François et des nombreuses catéchèses qu’il a prononcé sur la famille. Comme cela est déjà arrivé avec d’autres documents magistériels, le Pape puise également dans des documents de différentes Conférences épiscopales du monde (Kenya, Australie, Argentine…) et cite des personnalités bien connues telles que Martin Luther King ou Erich Fromm. À noter, une citation du film «Le Festin de Babette», que le Pape a souhaité évoquer pour expliquer le concept de gratuité.

Le Pape a adressé ce documents à tous ses frères évêques : "Invoquant la protection de la Sainte Famille de Nazareth, je suis heureux de t’envoyer mon Exhortation Amoris laetitia pour le bien de toutes les familles et de toutes les personnes, jeunes et âgées, confiées à ton ministère pastoral. Unis dans le Seigneur Jésus, avec Marie et Joseph, je te demande de ne pas oublier de prier pour moi."

Plusieurs commentaires sont déjà disponibles : la présentation du Cardinal Christoph Schönborn (archevêque de Vienne), qui encourage à commencer par les chapitres 4 et 5 comme centraux, le commentaire du Cardinal Vingt-Trois (archevêque de Paris), celui du Cardinal Lorenzo Baldisseri (secrétaire général du synode des évêques), celui - en vidéo - de Mgr Alain Castet, évêque de Luçon.


Voici quelques extraits de la synthèse officielle. Mais partiel est souvent partial, le texte complet est lisible ici, mieux, lisez le document du Pape !

Préambule
L’Exhortation apostolique frappe par son amplitude et son articulation. Elle est divisée en neuf chapitres et plus de 300 paragraphes. Le Pape affirme d’emblée et avec clarté qu’il faut sortir de l’opposition stérile entre l’angoisse du changement et l’application pure et simple de normes abstraites.

Chapitre premier: «A la lumière de la Parole»
La Parole de Dieu «ne se révèle pas comme une séquence de thèses abstraites, mais comme une compagne de voyage, y compris pour les familles qui sont en crise ou sont confrontées à une souffrance ou à une autre, et leur montre le but du chemin » (AL 22).

Chapitre deux: «La réalité et les défis de la famille»
À partir du terrain biblique, le Pape considère, dans le deuxième chapitre, la situation actuelle des familles, en gardant «les pieds sur terre» (AL 6). Jésus proposait un idéal exigeant mais «ne renonçait jamais à une proximité compatissante avec les personnes fragiles comme la samaritaine ou la femme adultère» (AL 38).

Chapitre trois: «L’amour dans le mariage»
L’existence de ce chapitre est important parce qu’il présente de manière synthétique, en 30 paragraphes, la vocation de la famille selon l’Évangile et la manière dont elle a été reçue par l’Église à travers les époques, surtout sur le thème de l’indissolubilité, du caractère sacramentel du mariage, de la transmission de la vie et de l’éducation des enfants.

Chapitre quatre: «L’amour dans le mariage»
Le quatrième chapitre traite de l’amour dans le mariage, et l’illustre à partir de «l’hymne à l’amour» de Saint Paul dans sa Première Lettre aux Corinthiens (13, 4-7). Ce chapitre est une véritable exégèse attentive, ponctuelle, inspirée et poétique du texte de Saint Paul. Nous pouvons dire qu’il s’agit d’une collection de fragments d’un discours amoureux, soucieux de décrire l’amour humain en des termes absolument concrets.

Chapitre cinq: «L’amour qui devient fécond»
Le cinquième chapitre est tout entier consacré à la fécondité et la générativité de l’amour. On parle de manière profonde, tant spirituellement que psychologiquement, de l’accueil d’une vie nouvelle, de l’attente d’une grossesse, de l’amour d’une mère et d’un père. Mais aussi de la fécondité élargie, de l’adoption, de l’accueil, de la contribution des familles dans la promotion d’une «culture de la rencontre», de la vie dans la famille dans un sens large.

Chapitre six: «Quelques perspectives pastorales»
Dans le sixième chapitre, le Pape aborde un certain nombre de pratiques pastorales qui conduisent à construire une famille solide et féconde, selon le plan de Dieu. Dans cette partie, l’Exhortation accorde une large place aux Relations conclusives des deux Synodes et aux catéchèses du Pape François et de Jean-Paul II. Il est répété que les familles sont sujets et non pas seulement objets d’évangélisation. Le Pape aborde le thème des jeunes fiancés, de l’accompagnement des époux dans les premières années de vie conjugale, de la question de l’accompagnement des personnes abandonnées, séparées ou divorcées. La souffrance des enfants dans les situations conflictuelles est mise en avant. «Le divorce est un mal» (AL 246).

Chapitre sept: «Renforcer l’éducation des enfants»
Le septième chapitre est entièrement consacré à l’éducation des enfants: leur formation éthique, la valeur de la sanction comme stimulation, le patient réalisme, l’éducation sexuelle, la transmission de la foi, et de manière plus générale la vie de famille comme contexte éducatif.

Chapitre huit: «Accompagner, discerner et intégrer la fragilité»
Le chapitre huit est une invitation à la miséricorde et au discernement pastoral face aux situations qui ne répondent pas pleinement à ce que le Seigneur propose. Le Pape utilise ici trois verbes très importants : «accompagner, discerner et intégrer» qui sont fondamentaux pour affronter les situations de fragilité, complexes ou irrégulières. Le Pape présente la nécessaire gradualité dans la pastorale, l’importance du discernement, les normes et les circonstances atténuantes dans le discernement pastoral, et enfin ce qu’il définit comme «la logique de la miséricorde pastorale». Le chapitre huit est très délicat. Pour le lire, il faut se rappeler que «souvent la mission de l’Église ressemble à celle d’un hôpital de campagne» (AL 291).

Chapitre neuf: «Spiritualité matrimoniale et familiale»
Le neuvième chapitre est dédié à la spiritualité matrimoniale et familiale, «faite de milliers de gestes réels et concrets» (AL 315). Avec clarté, il est dit que «ceux qui sont animés de profonds désirs de spiritualité ne doivent pas croire que la famille les éloigne de la croissance dans la vie de l’Esprit, mais qu’elle constitue un chemin que le Seigneur choisit pour les conduire aux sommets de l’union mystique» (AL 316). «C’est une profonde expérience spirituelle de contempler chaque proche avec les yeux de Dieu et de reconnaître le Christ en lui» (AL 323).

Dans le paragraphe conclusif, le Pape affirme qu’«aucune famille n’est une réalité céleste et constituée une fois pour toutes, mais la famille exige une maturation progressive de sa capacité d’aimer (…). Ne désespérons pas à cause de nos limites, mais ne renonçons pas non plus à chercher la plénitude d’amour et de communion qui nous a été promise» (AL 325).
L’Exhortation apostolique se conclut par une Prière à la Sainte Famille (AL 325).