lundi 16 octobre 2017

Expo-vente les 4 et 5 novembre / Petites Soeurs des Pauvres : Le Havre


Les résidents de "Ma Maison",
les bénévoles
et les Petites Soeurs des Pauvres,

vous invitent à venir découvrir

Travaux artisanaux, broderie, crochet, jouets, cadeaux,
pâtisseries, cafeteria et tombola.


Samedi 4 novembre : 14h à 18h
Dimanche 5 novembre : 9h à 18h

Petites Sœurs des Pauvres
"Ma Maison"
7, rue des Gobelins
76600 Le Havre


Contact :


dimanche 1 octobre 2017

Combien de bouteilles vendues ?


Vous êtes nombreux à suivre les développements de notre brasserie
et régulièrement la question revient :

"A combien de bouteilles vous en êtes ?"

Le 1er octobre 2017, nous en sommes à

127 943 bouteilles vendues.

Bravo et merci !



samedi 30 septembre 2017

Calendrier liturgique à Saint-Wandrille : octobre 2017


Comme pour les mois précédents, nous indiquons les principaux événements liturgiques avec les modifications horaires qui correspondent. Si l'horaire de la boutique est modifié, nous le précisons. A défaut, il suit le régime habituel (cliquez ici). L'horaire habituel des offices, en semaine et le dimanche est toujours visible : cliquez ici.

  • Dimanche 1er octobre : fête de la dédicace de la cathédrale de Rouen. Horaires inchangés.
  • Lundi 2 octobre : Vêpres à 18h45.
  • Lundi 23 octobre : La boutique ouvre à 10h30.

mardi 26 septembre 2017

80 ans et toujours jeune (1937-2017) : la cire de Saint-Wandrille


En 1931, les moines de Saint-Wandrille regagnaient leur Normandie après plusieurs années d'exil. Mais il faut trouver des ressources pour faire vivre la communauté et remettre en état les bâtiments.


Les prémices

Le Père Chervier accueille le 23 novembre 1935 la proposition du directeur parisien de l' "Union des Economats privés", d'assurer à Saint-Wandrille la fabrication de seaux de cire dont la commercialisation devait être confiée à l'organisme parisien.

Dès le 17 décembre 1935 une marque est créée, "Melitta", et le 19 février 1936 la fabrication d'encaustique commence : une seule salle des communs sert d’abord pour l’ensemble des travaux, fusion des cires, pesage des seaux, conditionnement, entreposage des cires et des emballages.

Un petit hangar voisin abrite le travail des mélanges des matières inflammables. L’outillage est des plus rudimentaires : une marmite, des louches, une chaudière de buanderie, deux brancards pour le transport des seaux.

On s’enrichit bientôt d’un bain-marie qui permet le mélange d’une centaine de kilos de produits finis. La clientèle, uniquement composée alors de collectivités, se déclare satisfaite de l’encaustique préparée par les moines.

Les commandes se font de plus en plus nombreuses, et la nécessité se fait donc sentir d’organiser les services de conditionnement et d’expéditions.

A cet effet, on annexe deux salles du 1er étage. En septembre 1936, sur la demande instante de la clientèle, outre la fabrication de seaux de cire, on se lance dans la fabrication de petites boites d’encaustique et de crème-laque pour chaussures.

Une première doseuse automatique vient faciliter le remplissage des boites de cire. En attendant la construction d’une doseuse à cirage, le remplissage des petites boites se fait à l’aide de cafetières, ce qui exige une manutention délicate et considérable. Plus de 40.000 boites sont remplies "à la cafetière" avant l’arrivée de la doseuse automatique.

Très tôt des communautés de moniales bénédictines font appel à l'expérience du Père Chervier, pour organiser à leur tour une activité qui leur permette de vivre.

1937 : Les Produits Monastiques et missionnaires

Le 1er février 1937, est donc constituée la SARL des Produits Monastiques et missionnaires, dont le siège social est à Paris.

Cette SARL constitue le service commercial de l'abbaye Saint-Wandrille et des monastères des bénédictines de Rouen, Caen et Oulchy-le-Château (Aisne), ces trois communautés fabriquant surtout de la confiserie et de la biscuiterie : "Cette société devait être primitivement une sorte de fédération qui assurerait le service commercial d'un groupe de monastères ayant chacun une petite industrie", ce qui explique cet intitulé de "Produits Monastiques", qui recouvrait à la fois, l’encaustique, le nougat, les gâteaux et le chocolat… La société avait une succursale à Paris, ainsi que son siège, où la direction était exercée par des laïcs.

Les choses continuent ainsi en progressant jusqu’au début de 1939. Peu à peu, chaque étape du travail se fait dans un local distinct. La déclaration de guerre amène un arrêt presque total de l’activité, puis brusquement vers novembre 1939, les demandes reprennent.

En raison de la guerre et de l’invasion, les bénédictines d'Oulchy-le-Château doivent quitter leur monastère et cesser leurs activités de fabrication. Les bénédictines de Caen prennent alors leur indépendance vis-à-vis de la société. Les bénédictines de Rouen demeurent dans la société jusqu'en 1944, reprenant alors leur autonomie en fondant leur propre société "Magdala".

Les années 1936-1940 avaient vu une première organisation de la fabrication. L’essor qu’avait alors connu la société amène, en raison aussi des difficultés de communication dues à la guerre, à transférer le siège social à Saint-Wandrille, où les moines prennent désormais en mains la direction de l’affaire.

Le 28 février 1941, une assemblée des associés de la SARL des Produits monastiques et missionnaires décide le changement de dénomination en SARL des Produits monastiques. La partie technique de la fabrication demeurera désormais à l’abbaye, alors que la partie commerciale, confiée à des laïcs sera organisée à Rouen, puis à Paris. Il faudra bientôt avoir recours à du personnel laïc pour assurer la production. Bientôt on électrifiera l’usine, installera des cuiseurs électriques, de nouvelles machines automatiques, on s’équipera de malaxeurs, doseuses, machine-étiquetteuse, camionnette pour les livraisons. Un transformateur sur haute tension sera construit. A la même époque fonctionne au sein de la société un secteur d'éditions très actif de 1942 jusqu’au milieu des années 1950.

Après la guerre

L'incendie des ateliers de l’abbaye le 21 juillet 1954, durant lequel un moine trouve la mort, loin d'arrêter l'essor de la société, entraîne une modernisation de l'usine. A cette époque, 10 moines travaillent aux Produits Monastiques, et 38 laïcs, répartis entre Saint-Wandrille, Rouen et Paris, sans compter 35 représentants.

La production avait été en 1953 de 270 tonnes d’encaustique, cire, cirage et autres produits d’entretien. Ces chiffres donnent une idée de l’importance prise alors par "Melitta". En 1967, le nombre de personnel a un peu diminué, mais le matériel plus performant permet une production de 300 tonnes.

Évolutions et diversifications

En 1971, la SARL est transformée en Société Anonyme. Peu après les services commerciaux et comptables quittent Paris et reviennent à Saint-Wandrille. La diminution du nombre de droguistes, constituant presque exclusivement la clientèle de la société, la présence de térébenthine, white spirit, paraffine, produits éminemment inflammables entraînant des contraintes de sécurité impossibles à mettre en œuvre en raison du caractère de Monument historique des bâtiments de l’abbaye, vont conduire en 1990 à arrêter la fabrication d’encaustique et de produits d’entretien à Saint-Wandrille, marquant ainsi un terme à 55 ans d’activité industrielle dans l’enclos de l’abbaye.


La communauté de Saint-Wandrille s’était déjà tourné vers le secteur tertiaire, avec à partir de 1971 la création d’un atelier de microcopie, microfilm, et photocopie sous le nom de "Fontenelle Microcopie", activité qui a cessé à l'Abbaye en 2014.

En attendant d'autres activités de production à l'Abbaye (voir ici), les moines ont décidés de confier la fabrication de leurs produits d'entretien à un sous-traitant pour satisfaire une clientèle fidèle et toujours bien présente.


Les produits d'entretien sont disponibles à la boutique de l'Abbaye :

A très bientôt !


samedi 16 septembre 2017

Concert à Saint-Wandrille le dimanche 17 septembre : église Saint-Michel


Concert
orgue
trompettes
flûte traversière
chant

A Saint-Wandrille
église Saint-Michel
(sur la place du village)

Dimanche 17 septembre 2017
à 18h30

avec

Dom Michel Baumel
(organiste de l'Abbaye Saint-Wandrille)

Pascal Riegel et Frédéric Aubin
(trompettes)

Odile Bernard
(flûte traversière et soprano)

Oeuvres de :
C. Gervaise, H. Purcell, J.S. Bach, M.A. Charpentier, A. Vivaldi

Entrée libre